En Brenne, les grues cendrées

Posted by on jan 12, 2015

En automne, il y a deux évènements que tout amoureux de la nature ne peut manquer sous aucun prétexte, à mon humble avis. Il s’agit du brame du cerf et de la migration des grues cendrées.
Les grues cendrées sont nicheuses dans les pays nordiques. Et dès le mois d’octobre, celles-ci entament leur descente vers le sud pour y passer l’hiver.
L’une des haltes les plus connues est la région du lac du Der, à la limite de la Marne et de la Haute-Marne, près de St Dizier. En novembre 2014, un record de présence en halte migratoire a été atteint avec un regroupement de 206 000 grues cendrées!!!
Mais la Brenne n’est pas en reste avec plusieurs milliers de grues faisant étape avant de rejoindre les Landes, l’Espagne ou l’Afrique. Sur cette même période de novembre 2014, on a ainsi pu assister à un regroupement de quelques 35 000 grues (également un record pour le site).

PO5A2745

Quelques unes des 35 OOO grues cendrées présentes en novembre

De plus, quelques milliers de grues arrêtent ici leur voyage et y passent l’hiver. On peut estimer que 1 500 à 4 000 grues (selon les années) sont hivernantes en Brenne.
Le dortoir habituel dans le pays des mille étangs est la queue de l’étang de la mer rouge, situé sur la commune de Rosnay. Tous les matins, les grues s’envolent et partent au gagnage dans les champs environnants, plutôt à l’ouest de l’étang, dans les 10-15 kilomètres alentour. Elles privilégient les champs de maïs récoltés, les champs de céréales en pleine pousse ou même les pâtures.

PO5A2738

Rassemblement dans un chaume de maïs

 

Pour profiter du magnifique spectacle des grues en vol, il faut être présent aux abords de l’étang dès l’aube pour le « lever » des grues. De même, pour profiter du « coucher » des grues cendrées, il est important d’être présent une demi heure avant le coucher du soleil au bord de l’étang de la Mer rouge.

PO5A2681

Formation en ligne

Les grues arrivent alors en multiples V, que représentent leurs formations en vol. Avec leur cri perçant, on ne peut pas les manquer et le spectacle est magique!

grues en formation en V

Formation en V

 

Les grues sont très craintives et il est impératif de ne pas chercher à les approcher. Celles-ci s’envolent dès qu’on approche à moins de 200-300 mètres. Et tout envol leur fait gaspiller de l’énergie indispensable en cette période.

2 Comments

  1. Bonsoir Alain,

    Et moi qui était contente d’en entrapercevoir 2 à Pincemaille en Décembre :) !

    Voici un magnifique spectacle et en photographe responsable, je vous remercie pour votre rappel de fin d’article.

    Une photo animalière réussie est, selon moi, une photo qui n’aura pas nuit de quelque façon que ce soit !

    Je ne connais pas la Brenne mais vos deux derniers posts sont une invitation au voyage !!!

    Merci pour le partage

    • Bonjour Céline,
      Oui, la Brenne vaut le détour, avec ses 3 000 étangs (pas mal pour « le pays aux mille étangs!!!). De plus, quelques observatoires ont été aménagés, en accès libre, permettant d’observer la faune de manière optimale. Pour la photo, ils sont « un peu » moins intéressants car ils sont souvent en hauteur, un peu comme à Rillé. En dehors des photos en vol, cela oblige à des prises de vue en plongée, pas toujours les plus élégantes!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>