Brame 2015 – Suite

Posted by on nov 11, 2015

Si le brame se passe souvent à l’abri des regards, dans les profondeurs de la forêt, il est toujours possible, avec un peu de patience, de voir ou d’apercevoir les cerfs au détour d’un chemin ou d’un pare-feu. Si les maîtres de la place de brame se déplacent très peu, il n’en est pas de même des cerfs « satellites » qui, chassés par leurs congénères, tentent leur chance dans un autre secteur et traversent les allées forestières.

C’est souvent l’occasion de quelques photos où l’absence de proximité est largement compensée par l’ambiance.

PO5A1850

PO5A1925

 

Sur les photos suivantes, on peut remarquer que les combats souvent assez inoffensifs, peuvent quelquefois faire des dégâts dans les ramures

PO5A1464  PO5A1449

4 Comments

  1. De très belles images dont on n’imagine certainement qu’une toute petite partie de ce que doit vivre le photographe en les prenant ! Un petit faible pour la première pour la pose originale du sujet et la dernière pour l’ambiance. Ils font presque tous face au photographe, est-ce le bruit du déclenchement ou bien juste la présence du photographe ?

  2. En fait, ils sont de face pour 2 raisons: d’une part parce qu’ils sont intrigués par une « masse » non identifiée, d’autre part parce que je ne déclenche que quand ils sont face à moi. Car quand ils entrent dans une allée, ils regardent toujours à droite et à gauche.
    On peut quelques fois se faire face 5 ou 10 minutes, jusqu’au moment où le cerf décide de rentrer dans le bois.
    Merci de ton passage 😉

  3. Euh, le dernier a eu un souci avec ses cors ?
    Autre question… photos prises sur pied ou à main levée ?
    J’adore toujours !

    • Bonsoir,
      Oui, il semble que le brame ait laissé des trace chez ce loser, encore un peu jeune pour rivaliser avec les puissants cerfs qui tiennent la place.
      Les photos sont prises avec l’aide d’un monopode (benro carbone) pour assurer une stabilité minimum. Ce monopode est déplié à 50cm de hauteur, les photos sont toutes faites accroupi.
      Cela permet un meilleur camouflage: l’ensemble corps+ matériel fait une masse difficilement identifiable en tant qu’humain. Ainsi, on peut avoir des face à face de plus de 15 minutes sans que le cerf ne soit inquiet, mais simplement curieux. Généralement, il finit par s’éloigner en oubliant cette « masse ». Il arrive même qu’il s’approche à moins de 15 mètres pour essayer d’identifier cette forme inconnue. Il ne faut pas oublier que les cervidés ont une assez mauvaise vue, contrairement à l’ouïe et l’odorat.
      L’autre intérêt de cette position, hormis la stabilité, est un angle de vue assez intéressant pour valoriser l’animal, lui permettant de se détacher du fond.

Répondre à Alain Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>